Toggle navigation
Toggle search

« Nous sommes là pour aider les communautés à se saisir des enjeux de l’écologie intégrale »

L’enjeu est d’éviter de tourner en circuit fermé de spécialistes ou de personnes intéressées par le sujet mais au contraire de nous connecter à la réalité des paroisses et mouvements.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Lancé en septembre 2017, à la suite de l’encyclique du pape François sur l’écologie intégrale, l’Observatoire Laudato Si en Gironde a depuis peu un nouveau coordinateur en la personne de Laurent Landete.

Vous avez depuis quelques mois été nommé coordinateur de l’Observatoire Laudato Si, lancé en 2017. Comment voyez-vous
aujourd’hui ses missions et comment fonctionne-t-il ?

Laurent Landete, coordinateur de l’Observatoire Laudato Si en Gironde : L’archevêque de Bordeaux, Mgr Ricard m’a demandé dès septembre de prendre la responsabilité de cet Observatoire Laudato Si, qu’il a voulu pour accompagner le diocèse dans cette démarche de la transition écologique.

Cette équipe était déjà constituée de personnes expertes dans le domaine scientifique de l’écologie et de la biologie. J’ai souhaité qu’elle soit étoffée par l’arrivée de personnalités investies dans la vie du diocèse, que cela soit dans l’Enseignement catholique, la Maison saint Louis Beaulieu, au niveau des familles. L’enjeu est d’éviter de tourner en circuit fermé de spécialistes ou de personnes intéressées par le sujet mais au contraire de nous connecter à la réalité des paroisses et mouvements. Plus largement, nous devons rejoindre tous ceux et celles qui attendent une parole, une réflexion, un accompagnement sur ce sujet. Ce sont les missions issues du statut de cet observatoire et qui découlent aussi directement de l’encyclique du pape François sur cette question de l’écologie intégrale.

Près de quatre ans après sa sortie, le message et l’impact de Laudato Si et de cette question de l’écologie intégrale sont-ils toujours
d’actualité ?

Son impact est toujours aussi fort ! Pour le comprendre, il faut veiller à ne pas réduire cette encyclique à une encyclique « écolo ». Bien sûr, elle traite de l’écologie mais c’est d’abord l’encyclique sociale de ce début de millénaire. Cette parole de l’Eglise n’est d’ailleurs pas inédite. Il faut se souvenir des interventions de Benoît XVI, Jean-Paul II, ou même du discours du pape Paul VI devant la FAO sur la question de la faim dans le monde, qui liait déjà crise humanitaire et problématique écologique. Cette attention aux besoins des hommes de ce temps se trouve aussi au cœur même du Concile Vatican II avec Gaudium et Spes. Ce message résonne aujourd’hui avec notre actualité : crise climatique, migratoire, sociale… En France, cela est manifeste dans la crise des « gilets jaunes ». Une crise vraiment sociale dont le déclencheur a été une taxe sur les produits pétroliers, en lien avec la question de la transition écologique.

Comment, pour « penser global et agir local », l’Observatoire Laudato Si aborde-t-il cette conversion à l’écologie intégrale en Gironde ?

En Gironde, nous pouvons presque relier cette conversion écologique aux orientations données par notre synode diocésain : l’attachement au Christ, la fraternité et l’Église en sortie. La dimension spirituelle de l’écologie intégrale est présente dès le titre de l’encyclique. « Lautado Si », c’est la louange de saint François d’Assise qui dit « Je te loue mon Seigneur ». C’est bien l’émerveillement devant le Créateur et devant la création. La dimension fraternelle est présente dans l’interrogation que nous sommes amenés à avoir sur nos modes de vie. « Qu’as tu fait de ton frère ? » est bien la première question que nous devons nous poser, car l’homme est au centre de cette encyclique sociale. Enfin, alors que le synode nous invite à être des disciples missionnaires « en sortie », nous constatons l’impact considérable de Laudato Si, et des paroles du pape François, dans la société. Le monde non chrétien a reçu de manière très positive ce texte comme un encouragement majeur de l’Église. Cette question de la transition écologique est abordée pleinement par notre société, et l’on trouve parfois de bonnes idées… Mais nous savons que les meilleurs idées peuvent devenir complètement folles si elles ne sont pas évangélisées. L’enjeu missionnaire est donc d’accompagner le monde dans cette prise de conscience en proposant le Christ qui nous apporte une vraie sagesse, une vraie justice, une vraie liberté, une vraie paix.

Quels sont les projets auxquels participera l’Observatoire Laudato Si en Gironde dans les mois à venir ?

Dans le cadre du grand débat national, né de la crise des gilets jaunes, les évêques ont appelé l’Église à se mobiliser pour aborder ces sujets. Beaucoup de paroisses se sont déjà investies dans l’organisation de rencontres. L’Observatoire Laudato Si s’y engage à son tour pleinement en participant à un débat, ce mardi 12 mars à 20h30, à la Maison saint Louis Beaulieu, sur le thème de la transition écologique. Le 1er avril, le CCFD organise une rencontre des paroisses, services et mouvements, avec son partenaire invité pendant le Carême, sur la question de l’agroécologie. Nous aurons là aussi une participation intéressante pour écouter ce témoignage et échanger quelques éléments de réflexion. Enfin, nous pouvons déjà évoquer le grand rendez-vous d’octobre, avec le Festival des Familles, les 11, 12 et 13 octobre. En préparant cet événement, la Pastorale familiale s’est d’elle-même mobilisée sur ces questions d’écologie intégrale et elle nous a récemment contactés pour voir ensemble comment aider les familles à réfléchir et agir en ce sens. Ces participations s’inscrivent dans notre mission de soutenir et d’encourager les communautés chrétiennes en Gironde à prendre en compte cette écologie intégrale. Nous sommes à la disposition des paroisses, curés, équipes des services et mouvements… Qu’ils n’hésitent pas à nous contacter et à nous partager les initiatives dans lesquelles ils sont investis ! Il y a un « moment propice » comme dit le pape François, et une perspective très intéressante pour toutes les paroisses, pour tous les mouvements à rentrer dans une nouvelle évangélisation par cette question de l’écologie intégrale. Car les crises écologiques et sociales que nous traversons sont le fruit direct d’une société de consommation à outrance. Cherchons donc ensemble à passer d’un monde de consommation à une société de la consolation.

 

 

Crédit photo : Communauté de l'Emmanuel - copyright - Flickr

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+